Comment trouver sa voie ? Mes 10 solutions pour y voir un peu plus clair


Faire une liste des choses que l’on aime. Alors certes, vous y avez sans doute déjà pensé mais cette petite liste ajoutée à d’autres petits questionnements personnels va peut-être pouvoir vous aider à distinguer une sorte de croquis de votre vie future.


Faire une liste des choses qui nous déplaisent. Oui, l’une de va pas sans l’autre. On commence forcément par ces deux colonnes.


Parler avec ses proches et les interroger sur la façon dont ils nous voient. Attention avec ce conseil car deux cas de figures peuvent se présenter. Petit 1 : leurs idées reflètent la façon dont vous vous voyez et vous conforte dans votre choix. Dans ce cas là, pas de soucis, votre projet va pouvoir commencer à prendre forme. Petit 2 : vous vous rendez compte qu’ils ont une image faussée de ce que vous pensez être et là, il est important de vous détacher de ce qu’ils imaginent et en profiter pour vous affirmer.


Cumuler les expériences professionnelles (même les petits boulots, tout est bon). C’est vrai qu’au premier abord aller distribuer des flyers en plein centre-ville n’est pas des plus attrayants. Pour autant, cela pourra vous permettre de vous rendre compte que vous aimez le contact avec les gens et que la communication est faite pour vous. Au contraire, cet aspect vous rebute et vous préféreriez peut-être travailler en autonomie dans un bureau. C’est déjà un commencement, un début de piste dans votre recherche.


S’imaginer dans une formation susceptible de nous plaire (FAC, alternance, BTS…). Et oui, toutes les formations ne sont pas les mêmes et il faudra bien réfléchir avant de vous engager dans des études longues si vous recherchez une insertion rapide dans le monde du travail. Aussi, pour certains, le rythme de l’alternance où les enseignements théoriques se conjuguent au travail en entreprise peut se révéler être une excellente alternative si vous souhaiter vous former rapidement tout en ayant une expérience professionnelle.


Faire un bilan des choses que l’on a déjà accomplies et qui nous ont rendu fiers/fières. Lorsque que l’on cherche sa voie et que l’on a du mal à trouver sa place dans le monde du travail, on a cette fâcheuse tendance à nous dévaloriser et à obscurcir toutes les lignes du tableau. Alors qu’en fait, si on s’attachait à voir les bonnes choses qui nous sont arrivées ou qui nous ont été utiles on avancerait plus facilement. Oui, peut-être que nous nous sommes trompés en envisageant une licence dans un domaine dans lequel on ne s’épanouit pas mais ce n’est pas la fin de tout pour autant ! Au sortir de cette expérience, on sait ce qui ne nous convient pas et l’intérêt est de ne pas faire deux fois la même erreur. Penchons nous maintenant sur ce qui nous procure du plaisir.


S’interroger sur le lieu dans lequel on aimerait évoluer (en entreprise, en extérieur, dans une aérogare, dans une école ou un petit commerce…). Les possibilités sont assez nombreuses pour que chacun y trouve son compte. Est-ce que ce sera dans un petit atelier de créations ou dans une grande multinationale ? Le but étant de s’y sentir bien, certains ayant besoin de calme pour travailler d’autres d’un fourmillement constant pour évoluer.


Penser aux habits, uniformes dans lesquels on se sent le mieux. Le port d’un uniforme très peu pour vous ? Choisissez alors un métier dans lequel vous n’aurez pas de contrainte vestimentaire et serez libres de vous habiller comme bon vous semble. Si vous souhaitez être à l’aise dans vos baskets et libres de vos mouvements dans votre vie de tous les jours n’allez pas vous étouffez dans un costard/cravate ou une jupe/escarpins. Par contre, si vous vous êtes toujours rêvés en robe d’avocat ou en blouse d’infirmier c’est que vous commencez à visualiser votre domaine de prédilection.


Penser à votre relation aux autres. Êtes-vous fait pour le travail en équipe ou préférez-vous être seul lorsque vous accomplissez une tâche ? Un détail mais qui peut se révéler important si vous tenez à éviter les conflits au boulot.


Comment imaginez-vous votre temps de travail ? Je ne parle pas de remodeler les trente-cinq heures mais seriez vous prêts à travailler en rythme décalé à faire des horaires de nuit ou pour vous le 9h-17h est une réelle nécessité et vos huit heures de sommeil vous sont indispensables pour bien récupérer. À vous d’évaluer toutes ces possibilités.


Tous ces petits éléments ne sont que des idées d’interrogations qui pourront vous être utiles dans votre démarche d’orientation et cette liste n’est évidemment pas exhaustive mais j’espère qu’elle pourra vous permettre de distinguer petit à petit un avenir plus serein au sein d’un travail épanouissant.